réduire

réduire [ redɥir ] v. tr. <conjug. : 38>
• fin XIIe; lat. reducere « ramener », de ducere « conduire »
I(v. 1560) Remettre en place (un os, un organe déplacé). Par ext. « le médecin, s'étant procuré des planchettes et des bandes, lui réduisait la fracture » (Ramuz). IIMod. Ramener à un état inférieur, plus simple.
1(XIVe) RÉDUIRE À, EN : amener à, dans (un état d'infériorité, de soumission). Réduire en esclavage, en servitude. Réduire à l'obéissance, à un rôle subalterne. « Vous seriez réduits, dès demain, à la mendicité » (Gautier). Réduire qqn à la dernière extrémité. Réduire à quia. Réduire qqn au désespoir. Sa maladie le réduit à l'inaction. astreindre, contraindre, forcer, obliger. Réduire au silence. museler (cf. fam. Couper la chique, clouer le bec). « Je serai réduit à boire l'eau de cette mare » (Sand). — EN ÊTRE RÉDUIT À (et inf.). J'en suis réduit à économiser sur la nourriture.
(Sans compl. ind.) Vieilli Réduire qqn, un ennemi, un pays. soumettre. Mod. Réduire l'opposition. bâillonner.
2(XVIe) RÉDUIRE À : résoudre (une chose) en une autre plus simple, ramener à ses éléments, à un état plus simple. ⇒ simplifier. « Son but [au savant] est de réduire partout le complexe au simple » (Sartre). Réduire à un type commun; à sa plus simple expression. Réduire des kilomètres en mètres. convertir. Réduire des fractions au même dénominateur ( réduction) . Réduire à néant, à rien. anéantir, annihiler, détruire.
3Borner (à), limiter (à). « Comprendre le monde, c'est le réduire à l'humain » (Camus).
4(1670) RÉDUIRE EN. Réduire en miettes, en morceaux, en pièces; en bouillie, en poudre : briser, broyer, pulvériser. Réduire en cendres. « Maintenant que vos corps sont réduits en poussière » (Musset).
5(1680) Chim. Éliminer l'oxygène de (un corps). Réduire un minerai pour en tirer le métal. Diminuer (d'au moins une unité) le degré d'oxydation de (un corps).
(1808) Cuis. Faire épaissir par évaporation. concentrer. Réduire un jus, une sauce. Pronom. Se réduire. (Avec ellipse du pron.) Faire réduire, laisser réduire.
III(1538; redurre XVe) Plus cour. Ramener à une quantité plus faible, à un nombre plus petit.
1Changer en diminuant la dimension de. Réduire un plan en augmentant l'échelle. Réduire un dessin, une photographie, les reproduire en un format inférieur.
2Rendre plus petit, plus faible, moins nombreux. abaisser, diminuer, restreindre. Réduire les prix de 10%. Réduire le personnel. dégraisser. « Le négociant réduit ses frais, tandis que le stock [...] augmente de valeur » (Chardonne). Dépenses difficiles, impossibles à réduire ( incompressible) . Réduire la vitesse d'une machine ( ralentir) , d'un véhicule ( décélérer) . Mar. Réduire la voilure. Réduire les responsabilités de qqn. borner, limiter. Réduire ses prétentions. Analyse qui réduit la portée d'un événement ( réducteur) .
Rendre plus court. abréger, raccourcir. Réduire un texte. « Ce volume est bien petit. Nous conseillons à l'auteur de le réduire encore » (Balzac).
IV ♦ SE RÉDUIRE v. pron.
1 ♦ SE RÉDUIRE À : consister seulement en..., se limiter ou se simplifier en... Ses économies se réduisent à peu de chose. « Toute discussion se réduit à donner à l'adversaire la couleur d'un sot ou la figure d'une canaille » (Valéry). se borner.
2 ♦ SE RÉDUIRE EN : se transformer en (éléments très petits). Matière qui brûle et se réduit en cendres.
3Absolt SE RÉDUIRE : vieilli restreindre ses dépenses. ⇒ se restreindre. Mod. Prendre un logement plus petit. Nous avons dû nous réduire.
⊗ CONTR. Agrandir, augmenter, développer.

réduire verbe transitif (latin reducere, ramener, de ducere, conduire) Diminuer quelque chose, le ramener à une dimension moindre, en diminuer la valeur, l'importance : Réduire les prix de 20 %. Reproduire quelque chose en plus petit, en maintenant les mêmes proportions : Réduire une photo. Ramener quelque chose, concrètement ou par l'interprétation, à quelque chose de plus simple ; résumer : Réduire une question à l'essentiel. Écraser, moudre, pulvériser un matériau, un produit : Matière que l'on doit réduire en pâte. Amener quelqu'un, un groupe à un état de dépendance, à une situation pénible : Réduire la presse au silence. Vaincre quelque chose, le désorganiser complètement : Réduire les poches de résistance. Ces inondations réduisent à néant une année de travail. En Suisse, ranger quelque chose, le remettre à sa place : Réduire la vaisselle. Chimie Effectuer la réduction. Chirurgie Pratiquer une réduction Cuisine Rendre un liquide, une sauce plus concentrés par évaporation sur le feu. ● réduire (expressions) verbe transitif (latin reducere, ramener, de ducere, conduire) Réduire en cendres, en miettes, ruiner, mettre en pièces. Réduire des fractions au même dénominateur, trouver des fractions équivalentes aux fractions données et ayant toutes le même dénominateur. Réduire une partition, disposer pour un seul instrument, ou pour un nombre restreint d'instruments, une partition prévue pour une plus ample formation. ● réduire (synonymes) verbe transitif (latin reducere, ramener, de ducere, conduire) Diminuer quelque chose, le ramener à une dimension moindre, en diminuer...
Synonymes :
Contraires :
- accroître
- élargir
- élever
Reproduire quelque chose en plus petit, en maintenant les mêmes proportions
Synonymes :
Contraires :
- élargir
Ramener quelque chose, concrètement ou par l'interprétation, à quelque chose de plus...
Synonymes :
Amener quelqu'un, un groupe à un état de dépendance, à...
Synonymes :
Contraires :
- délier
- libérer
Vaincre quelque chose, le désorganiser complètement
Synonymes :
- maîtriser
Chimie. Effectuer la réduction.
Synonymes :
- désoxyder
réduire verbe intransitif Diminuer en quantité, par évaporation, et devenir plus épais, plus concentré : Ce sirop doit réduire de moitié. Diminuer de volume à la cuisson.

réduire
v.
aA./a v. tr.
rI./r
d1./d Restreindre, diminuer, rendre plus petit. Réduire ses dépenses. Syn. (Suisse) redimensionner.
|| Reproduire en plus petit. Réduire un dessin, un document photographique.
d2./d Réduire... en: transformer (une substance) par broyage, trituration, pulvérisation, etc. Réduire le blé en farine. Réduire en poudre, en bouillie.
d3./d Réduire... à: amener... à (une forme plus simple). Réduire une fraction à sa plus simple expression.
|| Identifier (qqch d'apparemment complexe) à (qqch de plus simple). Vous avez tort de réduire ce conflit à une simple question de personnes.
|| Réduire à rien, à néant: anéantir.
d4./d MED Réduire une luxation, une hernie, etc.: remettre à leur place des os luxés, des organes qui font hernie, etc.
d5./d CHIM Effectuer la réduction de (un composé).
d6./d CUIS Rendre plus concentré par une longue cuisson. Réduire une sauce.
|| v. intr. Coulis qui réduit à petit feu.
d7./d (Suisse) Cour. Ranger, remettre à sa place. Réduire des jouets.
rII./r
d1./d Réduire en, à: amener par la contrainte à (tel état); obliger à. Réduire un peuple en esclavage. Réduire au silence, à la mendicité.
d2./d Soumettre, mater. Réduire la résistance, l'opposition.
aB./a v. Pron. Se réduire à: se limiter à. Nos divergences se réduisent à peu de chose.

⇒RÉDUIRE, verbe
I. — Empl. trans. Qqn1/qqc.1 réduit qqc.2/qqn2
A. — Qqn1 réduit qqc.2... à (l'état de), en qqc.3... à, au moyen de, par qqc.4... de telle quantité, de qqc.5
1. CHIR. Ramener un organe à sa position anatomique normale. Réduire un os fracturé ou luxé, un organe déplacé et, p. méton. de l'obj., réduire une fracture, une luxation; dysarthrie difficile à réduire. Le but du bandage est de retenir dans l'abdomen la hernie une fois qu'on l'a réduite. L'orifice herniaire doit être ainsi comprimé et obturé (QUILLET Méd. 1965, p. 162).
Empl. abs. Il est souvent indispensable de réduire avec flexion articulaire (coude, genou) (JUDET, Fractures membres, 1948, p. 1).
Empl. pronom. à sens passif. [Corresp. à infra III B] D'urgence, la réduction est bien plus aisée. Dans les deux heures qui suivent l'accident, on est frappé de voir avec quelle facilité les fractures les plus complexes se réduisent (JUDET, Fractures membres, 1948, p. 1).
2. Ramener un objet matériel à un état plus simple, plus élémentaire ou plus fondamental (par un traitement: broyage, trituration, pulvérisation...).
a) Réduire en. Mettre en. Réduire en bouillie, en cendres, en chair à pâté/à saucisse, en miettes, en mille morceaux, en poudre, en poussière. Additions, qu'il faut avoir soin de réduire en fragments assez menus pour en augmenter la fusibilité (BARNERIAS, Aciéries, 1934, p.128).
♦ [Dans des loc. fig.]. La licence de la presse va bientôt réduire la société en poussière (FONGERAY, Soir. Neuilly, t. 1, 1827, p. 178). Un garçon résolu, capable de réduire en chair à saucisse les Jésuites et la cléricaille (ARNOUX, Roi, 1956, p. 303).
b) ART CULIN. Faire évaporer. Réduire un sirop, une sauce.
Empl. abs. Mettre ce velouté passé dans un sautoir (...). Réduire sur feu vif, en remuant avec la spatule (Gdes heures cuis. fr., P. Montagné, 1948, p. 190).
P. métaph. [Le suj. désigne l'instrument du procès] Un jour, comme à mon habitude je faisais la méridienne à l'ombre, en m'éventant d'une palme, pendant que la chaleur réduisait doucement mon gras, un jeune homme m'appela (ARNOUX, Juif Errant, 1931, p. 190).
c) CHIM., MÉTALL. Faire subir une réduction; éliminer dans un composé l'oxygène ou un autre atome (ou groupement d'atomes) électronégatif(s) ou encore capter de l'hydrogène ou un autre atome (ou groupement d'atomes) électropositif(s). Réduire un oxyde métallique pour obtenir le métal à l'état pur; réduire un minerai; réduire l'acier (le ramener à l'état de fer, le décarburer). On commence à utiliser le fer spongieux obtenu en réduisant le minerai par l'oxyde de carbone [dans le traitement des minerais de cuivre] (GUILLET, Métall. gén., 1923, p. 393):
1. On réduit alors cet acide chromique en oxyde basique de chrome (...) par l'action d'un corps réducteur, c'est-à-dire avide d'oxygène, tel que le glucose...
BÉRARD, GOBILLIARD, Cuirs et peaux, 1947, p. 84.
[Le suj. désigne l'instrument du procès] Le sucre (...) réduit l'azote du moût, ce qui facilite la stabilité de la bière (BOULLANGER, Malt., brass., 1934, p. 79).
3. Ramener un objet de pensée (problème, proposition, données) à un modèle simplifié ou antérieur. Une analyse qui ne diffère pas essentiellement de celle à laquelle conduit l'hypothèse de Poisson et de Mossotti montre que la polarisation du diélectrique est proportionnelle à l'intensité du champ extérieur (...). Voyons (...) comment M. Lorentz a réduit ces hypothèses en équations (H. POINCARÉ, Électr. et opt., 1901, p. 424).
a) LOG. Réduire à l'absurde. Rejeter une proposition en faisant voir qu'elle impliquerait une conséquence notoirement fausse. Les hystériques angoissés réussissent même à l'occasion à la réduire à l'absurde [la règle de la technique psychanalytique] en n'avouant qu'idées, sentiments et souvenirs tellement éloignés de ce qu'on cherche que l'analyse porte pour ainsi dire à faux (FREUD, Introd. psychanal., trad. par S. Jankélévitch, 1959 [1922], p. 312).
b) MATHÉMATIQUES
) ALG. Réduire les termes semblables (dans une somme algébrique); réduire une équation (en l'abaissant d'un degré). Il faudrait (...) pour l'emploi de cette méthode [par tâtonnements], qu'on pût par une préparation préliminaire, réduire toutes les équations à cette forme (LAGRANGE, Résol. équations num., 1808, p. XXIV).
Empl. pronom. à sens passif. [Corresp. à infra II B] A. Thue a montré que, si le polynôme est homogène, avec en plus un terme constant rationnel, l'équation admet un nombre fini de solutions sauf dans le cas où ce polynôme est une puissance d'un trinôme du second degré qui peut se réduire à un binôme du premier degré (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 15).
Réduire une matrice. Réduire M revient à déterminer une base de K dans laquelle la matrice associée à f est triangulaire supérieure réduite (CHAMB. 1981).
) ARITHM. Réduire une fraction à sa plus simple expression; réduire des fractions au même dénominateur.
) GÉOM. [À propos d'une figure géom., en la décomposant en parties] Réduire un polygone en triangles (Lar. encyclop.).
c) MÉTROL. Réduire en. Convertir en (évaluer les espèces de monnaies, les différentes mesures les unes par rapport aux autres). Réduire les francs en centimes, des francs en lires. Réduire des mètres cubes en litres (Lar. encyclop.).
d) MUS. Réduire un morceau (à plusieurs voix pour une seule); réduire une partition d'orchestre. L'arranger pour un seul ou pour plusieurs instruments de nature différente et moins nombreux. Réduire une partition (d'orchestre) pour le piano; réduire une partition au piano. Le cadet, à quatorze ans [a su] (...) réduire au piano, sans faute, une mélodie, un morceau symphonique entendu au chef-lieu (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 12).
4. Ramener un objet ou son image, par le biais d'une représentation, à une dimension moindre.
GÉOM. Réduire une figure. ,,La changer en une autre semblable, mais plus petite`` (LITTRÉ).
BEAUX-ARTS, ARTS GRAPH. Reproduire dans des proportions plus petites. Réduire un tableau, une statue, un cliché, une photo, un plan, une carte. On part au musée ensemble avec Gorloge dessiner le fameux magot (...). On prend bien notre temps nous autres, on copie, on réduit l'esquisse au centième... On prépare une petite maquette (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 207).
5. P. anal. [Qqc.2 désigne un nombre, un volume, une quantité, une valeur...] Diminuer.
a) Domaine concr. Réduire le budget, le coût, un traitement, une surface; réduire ses besoins; réduire une allocation; dépense difficile à réduire; réduire l'alimentation à un minimum. Tous les amateurs d'opium savent qu'avant de parvenir à un certain degré, on peut toujours réduire la dose sans difficulté (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 423). Les stocks de matières premières et de fournitures doivent être réduits au minimum compatible avec les facilités de réapprovisionnement (BRUNERIE, Industr. alim., 1949, p. 177).
Réduire qqc.2 de qqc.5 [Qqc.5 désigne la quantité amputée] Il lui conseilla de réduire son sabre de moitié pour obtenir vitesse et précision (Jeux et sports, 1967, p. 1442):
2. Le conseil économique suggère de réduire l'académie de Paris aux trois départements de la Seine, de Seine-et-Oise et de Seine-et-Marne. L'effectif global de la population de l'académie serait réduit de 2 millions environ.
Encyclop. éduc., 1960, p. 39.
MÉCAN. Réduire le régime d'un moteur, d'une machine et, p. méton., réduire le moteur. En réduisant simultanément poids et dimensions [du moteur], ils réduisaient du même coup la puissance (P. ROUSSEAU, Hist. transp., 1961, p. 488).
b) Domaine abstr. Rendre moins important; atténuer, restreindre. Réduire un danger, un désaccord; réduire l'ambiguïté (dans l'estimation d'une grandeur); réduire les diverses causes d'erreur, les possibilités d'exploitation (d'un marché), ses prétentions. L'élimination de toute alternance et de toute fluctuation étant impossible, il s'agit de les réduire et d'éliminer celles qui ne sont pas indispensables au progrès économique (Univers écon. et soc., 1960, p. 4-16).
P. ext. Tendre à faire disparaître. Synon. éliminer, liquider, résoudre. Réduire les contradictions. Loin de la combattre, cette dangereuse complexité, Rivière la cultive comme une grâce, un signe d'élection. Il croit ne pouvoir la réduire sans se détruire lui-même (MASSIS, Jugements, 1924, p. 89). On ne peut (...) réduire le crime, ni les factions, ni l'affreux esprit de jouissance; il faut désespérer de ce peuple et le subjuguer (CAMUS, Homme rév., 1951, p. 162).
Loc. Réduire à néant (v. néant B 2); réduire à la portion congrue (v. congru B).
Réduire qqc.2 à qqc.3 V. supra A 3. Quand on réduit le concept d'une glande à celui de sa charpente fibreuse, de ses cellules, de ses vaisseaux et de ses nerfs, on ne peut pas comprendre l'existence de l'organisme vivant (CARREL, L'Homme, 1935, p. 122). N'est-ce pas (...) un procédé castrateur que de vouloir réduire tout ce qui dépasse à une mesure ordinaire? (CHOISY, Psychanal., 1950, p. 23).
♦ [P. méton.] L'objectivisme strict du vieux positivisme, qui eût aimé pouvoir réduire le comportement de l'historien à un regard glacé et comme indifférent jeté sur un passé mort (MARROU, Connaiss. hist., 1954, p. 204).
Rem. LAL. 1968 note: Lorsqu'on parle de réduire un fait à certains éléments, il s'y mêle tantôt l'idée d'une restriction et d'un appauvrissement regrettables, qui en laissent perdre les caractères essentiels, tantôt au contraire l'idée d'une simplification utile et légitime, qui dégage ce qu'il y a en lui de plus important.
B. — Qqc.1 réduit qqc.2 Diminuer. Réduire une portion, une dose, le chômage, l'inflation, la puissance, le taux de; réduire le mystère autour de. Le châtiment (...) réduit l'horreur du crime à l'horreur de la peine; il absout en somme; et il fait du crime une chose négociable, commensurable:on peut marchander (VALÉRY, Tel quel I, 1941, p. 73). Le processus initial de prolétarisation qui accompagne l'urbanisation a réduit d'abord à l'extrême les possibilités de vacances (DEFERT, Pol. tour. Fr., 1960, p. 35).
Empl. pronom. à sens passif. [Corresp. à infra III B] La valeur réelle du revenu disponible [du contribuable] se réduit ultérieurement par la hausse des prix (Univers écon. et soc., 1960, p. 48-11).
C. — 1. Qqn1 réduit qqn2
a) Réduire par autorité, par force. Synon. soumettre, vaincre. Réduire des assiégés, des mutins; réduire un adversaire, une foule. Malheur au parti qui ne réduit pas les ennemis de l'intérieur (PÉGUY, Argent, 1913, p. 1240). L'homme qui aime le danger et le jeu voit sans déplaisir la femme se changer en amazone s'il garde l'espoir de la réduire (BEAUVOIR, Deux. sexe, t. 1, 1949, p. 293).
[P. méton. du suj. ou de l'obj.] Réduire l'émeute, l'opposition. Mais sur ma volonté, monsieur, vous ne pouvez rien, Dieu seul peut la courber et la réduire (SAND, Indiana, 1832, p. 215). Il n'y a rien de mieux qu'un homme pour tenir une femme droite! J'en ai vu que le mariage a bien réduites (RENARD, Nos frères farouches, 1910, p. 93).
ART MILIT. Il faut la préparer [cette attaque décisive] en raison de la puissance des feux de l'adversaire qu'il s'agit de réduire par des feux supérieurs (FOCH, Princ. guerre, 1911, p. 322).
♦ [P. méton. de l'obj.] Réduire un îlot d'ennemis, un nid de résistance. Pour réduire les maquis de l'Ain, les Allemands engagent, au début de 1944, d'importantes opérations (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 279).
Réduire qqn par + compl. instrumental. Conçoit-on qu'(...)il [le directeur général des finances] n'ait pas pénétré les desseins meurtriers des ennemis de l'État, leur horrible projet de réduire Paris par la faim, le fer et le feu? (MARAT, Pamphlets, Dénonc. Necker, 1790, p. 82).
Réduire qqn en + compl. de durée. Sans l'armistice (...) Arras, Douai et Valenciennes (...) eussent été cernées, bloquées, bombardées et réduites en deux jours au plus (VERLAINE, Corresp., t. 1, 1871, p. 289).
P. anal. Réduire un animal (rétif). Le vaincre, le dresser ou le dompter. Il avait demandé à Don Ali de lui prêter quelque « art de toréer »: il pensait y découvrir in extremis des recettes mirobolantes pour réduire les taureaux (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 511). [Des femmes] savaient le réduire [le cheval], l'assouplir entre leurs puissantes petites mains (COLETTE, Ces plais., 1932, p. 102).
P. métaph. J'ai dans l'idée que votre petit ruisseau, que vous faites si méchant, ne sera pas bien difficile à réduire (SAND, Péché de M. Antoine, t. 1, 1845, p. 37). Elle avait passé une heure devant l'étroit miroir, le peigne dans ses cheveux, sans pouvoir les réduire comme elle l'aurait voulu (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 503).
b) Réduire par le raisonnement, la persuasion. [Mme Du Deffand] avait de bonne heure conçu des doutes sur les matières de foi (...). Ses parents ne lui envoyèrent pas moins que Massillon en personne pour la réduire (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 1, 1850, p. 414). Le fameux Mollassier, si pompeux, si pesant, si inculte, avait entrepris de me réduire. Il voulait (...) que mon argumentation respectât la sienne, qui ne respectait ni l'Église, (...) ni le bon sens, ni la grammaire (VEUILLOT, Odeurs de Paris, 1866, p. 125).
2. Qqn1 réduit qqn2 à/en/sous
a) [à faire qqc.] Contraindre. Synon. acculer, obliger. Réduire qqn à demander pardon. L'improbité fangeuse des concurrents (...) l'avait réduit à quitter la redingote du patron pour la vareuse du prolétaire (BLOY, Femme pauvre, 1897, p. 11):
3. Il n'est rien au monde qui oppose à la musique une résistance aussi puissante que l'étui des fracs, la carapace des plastrons empesés. Si ce n'est la nudité savante des femmes, un soir de gala. Mais les nappes de violons, les cordes à l'unisson, les cuivres, avec une douceur terrible, en quelques secondes ont déjà réduit ces hommes et ces femmes à n'être plus qu'eux-mêmes.
MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 120.
Loc. En être réduit à. N'avoir plus d'autre ressource que de. En être réduit à extrapoler, à mendier. Le radicalisme a fatigué, excédé le pays au point de lui faire prendre en défiance, sinon en dégoût, le régime (...). En serions-nous réduits à défendre le régime parlementaire lui-même? (CHALLEMEL-LACOUR, 1888 ds Fondateurs 3e Républ., p. 156). Aucun constructeur ne voulut entendre parler de ces nouveaux bandages à air! Aussi les Michelin en furent-ils réduits à préparer et à conduire eux-mêmes leur propre voiture. Sur une machine de 1 100 kilos à moteur Daimler ils montèrent donc des pneumatiques (P. ROUSSEAU, Hist. transp., 1961, p. 496).
b) [+ art. + subst.]
) Réduire à. Réduire au chômage, au silence, à la faillite, à la misère, à la mendicité. Celui-là ne sait pas à quel point il s'égare qui, par des dépenses excessives, réduit ses enfants à la gêne (CAMUS, Dév. croix, 1953, 1re journée, p. 530). Moi, pauvre ingénieur réduit à la bureaucratie, j'échafaude la nuit des hypothèses sublimes (ARNOUX, Double chance, 1958, p. 27).
Locutions
Réduire à la dernière/la plus triste extrémité. [Marlborough et Annibal] le réduisirent [l'ennemi de leur patrie] à la dernière extrémité, et (...) rappelés dans leur pays, ils n'y trouvèrent que l'ingratitude (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 1, 1797, p. 227).
RELIG. Réduire à l'état laïc. Renvoyer à la vie séculière (d'apr. Lar. Lang. fr.).
Réduire à merci. Acculer. C'est dans cette situation où il l'a voulu mettre [l'homme], lassé, harassé, réduit à merci, que Pascal commence à lui montrer du doigt ce qui pourrait bien être l'unique salut, la religion (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 370). Réduire à quia. Il suffisait d'un argument un peu passif pour le réduire à quia (ARNOUX, Roi, 1956, p. 168).
Réduire à sa merci. Asservir. La sadique, au lieu de s'adapter au réel, s'acharne à venir à bout des suprêmes résistances, à réduire l'objet de son désir entièrement à sa merci (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 558).
) Réduire en. Réduire en esclavage, en servitude. Après Cuba, réduite en république vassale (...) on ne peut nier que l'Union américaine ne soit une nation conquérante (A. FRANCE, Pierre bl., 1905, p. 235):
4. ... le confrère ne se gêna pas pour rire dédaigneusement lorsqu'il découvrit cette jambe gangrenée jusqu'au genou. Puis, ayant déclaré net qu'il la fallait amputer, il s'en alla chez le pharmacien déblatérer contre les ânes qui avaient pu réduire un malheureux homme en un tel état.
FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 19.
) Réduire sous le joug. Pour le réduire [le peuple] plus sûrement sous le joug, ils [de vils intrigants] travaillent à le faire périr de faim (MARAT, Pamphlets, Appel à la Nation, 1790, p. 124).
3. Qqc.1 réduit qqn2 à/dans
a) [+ inf.] C'est ainsi que la puissance industrielle des nations a seule permis aux armées d'attaquer, ou que son impuissance les a réduites à se défendre, au même titre que le nombre de leurs soldats (FOCH, Princ. guerre, 1911, p. VIII).
b) [+ subst.] Un accident, une maladie réduit quelqu'un à une complète inaction. M. Jules Lemaître est un esprit très avisé (...) dont l'heureuse perversité consiste à douter sans cesse. C'est l'état où l'a réduit la réflexion (A. FRANCE, Vie littér., 1890, p. 173). Le salut ne dépend pas seulement du mérite de l'homme. Dans l'état d'impuissance où le péché a réduit la créature, le mérite peut être une condition nécessaire: il n'est pas une condition suffisante (LÉVY-BRUHL, Mor. et sc. mœurs, 1903, p. 52).
II. — Empl. intrans. [Corresp. à supra I A 2 b] Sauce qui n'a pas assez réduit. Mettez à réduire deux décilitres de bon velouté avec un décilitre de crème double (Gdes heures cuis. fr., J. Gouffé, 1877, p. 183).
Constr. factitive. Faire mijoter et réduire à petit feu. Glace de viande. Jus qui s'obtient avec des fonds très corsés en viande, mais sans sel, et que l'on fait réduire jusqu'à ce qu'il prenne l'aspect d'un sirop (Lar. mén. 1926, p. 632).
III. — Empl. pronom.
A. — Qqc.2 se réduit à, en qqc.3
1. Qqc.2 se réduit à qqc.3 L'histoire de ces cent ans importe plus que celle des dix siècles antérieurs. Comme explication du présent, l'histoire se réduirait presque à l'étude de la période contemporaine (LANGLOIS, SEIGNOBOS, Introd. ét. hist., 1898, p. 278):
5. Il est même curieux de noter que, dans la conduite de ces machines, l'homme n'intervient guère que pour transporter les paquets de cartes d'une machine à l'autre, son effort d'attention se réduisant à éviter de déclasser les cartes de chaque paquet.
COUFFIGNAL, Mach. penser, 1964, p. 24.
2. Qqc.2 se réduit en qqc.3 Le réel, à l'état pur, arrête instantanément le cœur (...). Le passé, en un peu de cendres; l'avenir, en petit glaçon, se réduisent (VALÉRY, Eupalinos, 1923, p. 36).
ART CULIN. [Corresp. à supra I A 2 b, II] Vous remuez très longtemps la casserole sur le feu, ce qui fait que la merluche se réduit en une espèce de crème (Gdes heures cuis. fr., Grimod de La Reynière, 1838, p. 159).
3. Empl. abs. Diminuer (d'intensité, de volume, de dimension). Son activité s'est considérablement réduite. [Les pâtes céramiques] se réduisent ou diminuent de volume en se raffermissant (Al. BRONGNIART, Arts céram., t. 1, 1844, p. 153). En vertu de ces lois du style historique, il est convenu que les plans se réduisent, les horizons s'abrègent, les arbres se résument (FROMENTIN, Maîtres autrefois, 1876, p. 164).
B. — Qqn1 se réduit à
1. [+ inf. ou subst.] Il a combien de chevaux? Deux? — Quatre. Il cherche à les vendre. Ouéhihé: Il fera bien de se réduire à un (STENDHAL, Journal, t. 3, 1810, p. 67). Chez un homme habitué à dépenser six mille francs quand il en avait cinq, ce n'était pas une petite entreprise que de se réduire à vivre de deux mille francs (BALZAC, Mme de La Chanterie, 1844, p. 233). Empl. abs. Le bourgeois qui s'était tant privé dans sa jeunesse se réduisait encore, ne conservant guère que des manies (CHARDONNE, Dest. sent., III, 1936, p. 267).
2. Empl. abs. [À propos de l'aspect, de l'apparence physique] Diminuer, rapetisser. À trente-six ans, elle restait sans âge (...). Elle (...) ne faisait que se cuire, que se réduire davantage, à la flamme de ses perversions (ZOLA, Fécondité, 1899, p. 413).
3. Qqn se réduit à + inf. Se résoudre à. La comtesse se réduisit bientôt à obtenir de lui que du moins il fît part de son projet à sa mère (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 29).
C.Empl. pronom. à sens passif. V. supra I A 1, 3 b et B 1.
Prononc. et Orth.:[], (il) réduit [-]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. Ca 1170 soi reduire « se retirer dans un lieu, se dissimuler » (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec et Enide, éd. M. Roques, 4947) — XVIe s., BRANTÔME, Grands capitaines estrangers, Charles Quint ds Œuvres compl., éd. L. Lalanne, I, p. 55; d'où déb. XVIIe s. réduit part. passé adj. « se dit d'une personne qui s'est rangée, qui vit dans la retraite, le recueillement » (MALHERBE, Les Epitres de Sénèque, XIV ds Œuvres, éd. L. Lalanne, II, p. 315). I. 1. a) 1370 trans. reduire qqc. à « la faire consister dans » (ORESME, Ethiques, éd. A. D. Menut, livre VIII, ch. I, p. 412, note 2); 1533 choses [...] reduictes à neant (RABELAIS, Pantagrueline pronostication, éd. M. A. Screech, I, p. 7, lignes 8-9); 1690 pronom. (FUR.); b) ca 1375 trans. réduire qqc. à « la conformer, l'adapter à » (ORESME, Ciel, éd. A. D. Menut et A. J. Denomy, fol. 175a, p. 638); c) 1520 id. « ramener un objet de pensée, un énoncé à une forme équivalente plus simple, à ses éléments fondamentaux » les reduisant à ung denominateur commun (DE LA ROCHE, Arismétique, f ° 12 ds LITTRÉ); 1559 id. « convertir une unité en d'autres unités » somme reduicte à la monnoye grecque (AMYOT, Fab., 10, ibid.); d) 1548 id. « résumer, ramener à l'essentiel » (RABELAIS, Quart Livre, éd. R. Marichal, Ancien prologue, 5, p. 286); e) 1re moit. XVIe s. [éd.] id. « faire passer un corps d'un état à un autre plus simple par transformation » (TAILLEVANT, Viandier, additions de Pierre Gaudoul, éd. J. Pichon et G. Vicaire, p. 108: mesle tout ensemble avec quelque cuillier et reduis tout en un corps et le fais cuyre); en partic. 1538 reduire en pouldre (EST.); f) 1680 id. chim. « soumettre un corps à l'action d'un réducteur » (RICH.); g) 1735 pronom. « perdre de son volume, devenir plus concentré » (BUFF., Expér. sur les végét., 2e mém. ds LITTRÉ); en partic. 1831 intrans. art culin. (VIARD, Cuisin. roy., p. 6: Il ne faut pas [...] les [les potages] faire trop réduire); h) 1863 réduire une symphonie au piano (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 6, p. 318); 2. 1520 trans. chir. « remettre en place » (JEAN FALCON, Le Guidon en fr. ds SIGURS, p. 306); 3. a) 1538 trans. « ramener à un nombre, à une valeur, à une importance moindre » (EST.: reduire par sentence l'interest d'une partie à une somme de deniers); 1874 à prix réduits (MALLARMÉ, Dern. mode, p. 741); b) 1690 id. « reproduire quelque chose en diminuant toutes ses dimensions dans les mêmes proportions » (FUR.). II. 1. a) Ca 1470 trans. « amener quelqu'un, une collectivité à se soumettre, en venir à bout » peuple [...] de sauvage condition et féroce à réduire (GEORGES CHASTELLAIN, Chron., éd. Kervyn de Lettenhove, I, 7); b) ca 1470 id. réduire qqn à « l'amener, contre sa volonté à un état de dépendance, à une situation fâcheuse » nation [...] réduite à confuse et piteuse fin (ID., ibid., I, 5); en partic. ) ca 1500 reduyre... en (PHILIPPE DE COMMYNES, Mém., éd. J. Calmette, I, 104: reduyre a peuple en bonne paix); ) ca 1500 reduyre qqn à + inf. (ID., ibid., I, 43); ) 1673 en etre réduit à (RACINE, Mithridate, III, 1, p. 1096); ) 1695 réduire qqn au silence (ID., Abrégé de l'hist. de Port Royal ds Œuvres compl., éd. P. Mesnard, IV, 484); c) ca 1500 id. « ramener quelqu'un au devoir, à l'obéissance par la force ou l'autorité » (PHILIPPE DE COMMYNES, op. cit., I, 102); 2. 1559 id. « amener quelqu'un, le conduire à un certain état » (AMYOT, Thém., 7 ds LITTRÉ); 3. a) mil. XVIIe s. pronom. se réduire à qqc. « s'y restreindre volontairement » (Port-Roial, Education du Prince ds RICH. 1680); b) 1670 id. absol. « se résumer » (RETZ, Reflexions du Cardinal de Rais sur les négations non convertibles ds Œuvres, éd. R. Chantelauze, t. 9, p. 343); c) 1672 se réduire à + inf. « se limiter, se borner à faire telle chose » (CORNEILLE, Pulchérie, IV, 3, vers 1303). Francisation d'apr. conduire, du lat. class. reducere « ramener, reconduire, réduire à » comp. de re-, v. préf. re- et de ducere « tirer, conduire ». Fréq. abs. littér.:3 107. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 4 773, b) 2 944; XXe s.: a) 3 236, b) 5 615. Bbg. QUEM. DDL t. 25. — Sculpt. 1978, p. 550.

réduire [ʀedɥiʀ] v. tr. [CONJUG. conduire.]
ÉTYM. Fin XIIe en provençal au sens I; lat. reducere « ramener », de re-, et ducere « conduire ».
———
I (Sens principal du mot jusqu'au XVIe).
1 Vx. Ramener, rétablir (dans un lieu, dans un état), rapprocher.
(V. 1560). Mod. Chir. Ramener à sa situation normale, remettre en place (un os, un organe déplacé).Par ext. || Réduire une fracture (cit. 4), une luxation, une hernie ( aussi Rebouter).
Techn. (Tissage). Rapprocher les fils (de la trame, de la chaîne).
2 Régional. Ranger (cit. 3).
———
II Mod. Ramener à un état inférieur, plus simple.
1 (XIVe). || Réduire à, en : amener à, dans (un état d'infériorité, de soumission). || Réduire qqn, un groupe en esclavage, en servitude. Asservir, subjuguer. || Réduire qqn à l'obéissance, à un rôle subalterne (→ On, cit. 16).Réduire à quia.Allus. hist. || « Réduire tous les sujets en leur devoir » (→ Rabaisser, cit. 3, Richelieu).
1 (Il) réduisit la muse aux règles du devoir.
Boileau, l'Art poétique, I.
2 D'abord, cet avare avait réduit sa femme, qui ne savait ni lire et écrire, ni compter, à une obéissance absolue.
Balzac, les Paysans, Pl., t. VIII, p. 205.
Réduire à la misère. Dépouiller (→ aussi Calviniste, cit. 3).Réduire qqn à l'extrémité (cit. 9), à la dernière extrémité. || En être réduit à cette extrémité (cit. 10).
3 — Eh, mon Dieu ! MM. les prédicateurs, que feriez-vous donc sans le vice ? — Vous seriez réduits, dès demain, à la mendicité (…)
Th. Gautier, Préface de Mlle de Maupin, éd. critique Matoré, p. 5.
(Sans compl. indirect). || Réduire qqn, un ennemi, un pays. Dompter, soumettre, subjuguer (→ Fanatique, cit. 3; fier, cit. 1; irrémédiable, cit. 2). || Réduire des ennemis politiques. Abattre. || Réduire l'opposition. Bâillonner.Par ext. Vaincre. || Réduire le cœur d'une jeune beauté (→ Arme, cit. 34).
4 Elle était sûre de réduire par ruse et par audace cet homme étranger au monde, doux, timide, auquel elle se jugeait très supérieure.
France, le Mannequin d'osier, VII, Œ., t. XI, p. 316.
2 (1538). || Réduire (qqn) à… : amener à (un état, une situation), malgré une résistance, une opposition…, par la persuasion, ou, plus souvent, par la force. || Réduire qqn au désespoir (cit. 13), à la nécessité de faire qqch… (→ Éprouver, cit. 6). || Sa maladie le réduit à l'inaction. Astreindre, contraindre, forcer, obliger… || Réduire qqn à la raison, à son devoir (vieilli).(Fin XVIIe). || Réduire au silence. Confondre, museler, taire (faire). Cf. En boucher un coin, couper la chique, river son clou, clouer le bec, fermer la bouche à… || Cette apostrophe me déconcerte et me réduit au silence (→ Escalier, cit. 7).REM. Réduire à… s'employait dans la langue classique avec d'autres compléments : réduire qqn à l'oubli (Corneille), à la vérité (Fléchier), etc.
5 (…) et, cédant à ma généreuse compassion, je paie noblement cinquante-six livres, pour lesquelles on réduisait cinq personnes à la paille et au désespoir.
Laclos, les Liaisons dangereuses, XXI.
Réduire qqn à la portion congrue. || Malade que son médecin réduit au bouillon.Absolt. Rationner (→ ci-dessous, cit. Zola).
6 Les Pères démêlèrent la ruse du frère Jean et son objet : ils prirent la chose au grave, et frère Jean, au lieu d'être procureur comme il s'en était flatté, fut réduit au pain et à l'eau (…)
Diderot, Jacques le fataliste, Pl., p. 538.
7 Aussi le réduisait-on, même on en profitait pour ne plus le nourrir assez, sous le prétexte qu'il en crèverait.
Zola, la Terre, V, II.
Vx. || Réduire (qqn) en…, dans… : l'amener à (un état, une position moins favorable, pire… que précédemment).
8 En quelle extrémité, Seigneur, suis-je réduite ?
Racine, Mithridate, III, 5.
Réduire qqn à… et l'inf. (→ Crier, cit. 30; frustrer, cit. 5; honneur, cit. 27; 1. ombre, cit. 53). || Je serais réduit à boire l'eau de cette mare (→ Cantine, cit. 1). || Des gens qui sont réduits à épargner (cit. 1) leur pain. || J'en suis réduit à économiser sur la nourriture. || En être réduit à… (→ Divertissement, cit. 3; fascine, cit. 1). Venir (en venir à).
9 D'un mal il tomba dans un pire
Et se vit réduit, à la fin,
À jeuner et mourir de faim.
La Fontaine, Fables, XII, 6.
Vx. || Réduire qqn de… (→ Applaudir, cit. 7).
3 (XVIe). || Réduire (qqch.) à : résoudre (une chose) en une autre plus simple, ramener à ses éléments, à un état plus simple. Transformer. || Réduire des idées, une question à une notion simple (→ 2. Plan, cit. 2), à des termes simples (→ Célébrité, cit. 5). || Réduire l'événement obscur à ses éléments clairs (→ Détective, cit. 2). Analyser, décomposer (fig.). || Réduire à un type commun (→ Caractère, cit. 61).Réduire à sa plus simple expression.
10 Nulle part, dans l'univers de la science, nous ne rencontrons de totalité organique : l'instrument du savant est l'analyse, son but est de réduire partout le complexe au simple (…)
Sartre, Situations III, p. 147.
(1370). Par ext. Réduire à néant (→ Expliquer, cit. 27), à rien. Anéantir, annihiler, détruire. || Cet échec a réduit ses ambitions à rien. Crouler (faire).
(1538). Réduire en (le compl. désigne une chose concrète). || Réduire en miettes, en morceaux, en pièces ( Mettre); en bouillie (cit. 5), en poudre (cit. 6)… Briser, broyer, concasser, piler, pulper (vx), pulvériser, râper, triturer… — ☑ (1665). Réduire en cendres (cit. 7). Brûler, carboniser, incinérer. || Réduire en charbon. Charbonner, cuisage.Au p. p. || Ferrailles (cit. 1) réduites en plaques minces.
11 Maintenant que vos corps sont réduits en poussière,
J'irai m'agenouiller pour vous sur vos tombeaux.
A. de Musset, Poésies nouvelles, « Espoir en Dieu ».
4 Réduire à : borner à…, limiter à…, renfermer dans… || Réduire une personne à sa plus simple valeur. || Réduire ses pensées à un juste tempérament (→ Estimer, cit. 27). || Réduire le monde à l'humain (→ Comprendre, cit. 35).
12 Le roman américain prétend trouver son unité en réduisant l'homme, soit à l'élémentaire, soit à ses réactions extérieures et à son comportement.
Camus, l'Homme révolté, p. 327.
5 Vx. Arranger de telle manière. || Réduire (une pièce) « à nos usages et dans nos règles » (Corneille). || Réduire des connaissances en pratique (Vauvenargues, Introd. à la connaissance de l'esprit humain, 28). || Réduire tout en paradoxe (Montesquieu).
Réduire à l'effet, en effet (Corneille) : appliquer, exécuter.
6 (1680). Spécialt (du sens II., 3.). Chim. Éliminer l'oxygène de (un corps). 1. Réduction (II., 3.). || Réduire un minerai (oxyde) pour en tirer le métal.Par ext. Extraire (le métal) de son oxyde par réduction.
Cuis. Faire épaissir par évaporation. Concentrer. || Réduire un jus, une sauce. (Cet emploi est compris au sens III., à cause de la diminution de volume).Pron. || Se réduire.Avec ellipse du pronom. || Faire réduire, laisser réduire.REM. Dans ces tournures factitives, réduire peut également être analysé comme un intrans., par ailleurs attesté : sauce, jus qui réduit. Le bouillon a réduit.
Arithm. || Réduire deux fractions au même dénominateur. || Réduire une fraction à sa plus simple expression (au fig. Expression, cit. 18).
Métrol. Convertir. || Réduire des francs en lires.
Log. Transformer (une donnée, un énoncé) pour l'amener à une forme plus simple ou plus utilisable (réduire à l'absurde). Réduction.
13 Lorsqu'on parle de réduire un fait à certains éléments, il s'y mêle tantôt l'idée d'une restriction et d'un appauvrissement regrettables (…) tantôt au contraire l'idée d'une simplification utile et légitime, qui dégage ce qu'il y a en lui de plus important.
Lalande, Voc. de la philosophie, art. Réduire.
REM. Les sens II, 4, « limiter », et II, 2, « contraindre », se mêlent en effet à celui de « simplifier », dans les emplois ci-dessus.
———
III (1538; redurre, attestation isolée, XVe). Ramener à une quantité plus faible, à un nombre plus petit.REM. Ce sens, issu de II., 2., 3. et 5. (géom., dessin…), est devenu le plus courant de nos jours.
1 Changer en diminuant la dimension. || Réduire une figure, une carte, un plan… (en augmentant l'échelle). || Mettre un dessin au carreau pour le réduire.Réduire un tableau, une photographie : reproduire en un format inférieur.
2 Rendre plus petit, plus faible, moins nombreux…, changer en moins… Abaisser, amoindrir, atténuer, baisser, changer, diminuer, écorner (fig.), rabaisser, rabattre, restreindre. || Réduire le nombre de… (→ Diocèse, cit. 2; prolétaire, cit. 1). || Réduire qqch. à (un nombre inférieur). → Distraire, cit. 1; élément, cit. 11. || Réduire un salaire (→ Prix, cit. 5), des frais (→ Léthargique, cit. 4). || Réduire ses dépenses. Économiser. || Réduire les taxes, les droits… ( Défalquer, dégrever), les impôts… ( Réduction).Réduire les dimensions, la hauteur ( Abaisser, baisser), l'épaisseur ( Amincir), la longueur ( Raccourcir), le volume ( Comprimer, contracter…, tasser). || Réduire un retard, le rattraper.
14 (Charles Fourier) se propose de réduire le nombre des habitants du monde de façon que chacun y soit à son aise (…)
Th. Gautier, Préface de Mlle de Maupin, éd. critique Matoré, p. 37.
Réduire la tâche de l'écrivain. Limiter; borner; borne (→ Je, cit. 8). || Réduire les illusions (cit. 18) de l'esprit. || Réduire ses prétentions.Réduire la force ( Amortir), l'importance ( Minimiser)…Réduire le régime d'une machine, d'un moteur. Par ext. || Réduire le moteur (→ Palonnier, cit. 3).Réduire la vitesse, l'altitude…
Spécialt. Rendre plus court. Abréger, accourcir, condenser, raccourcir, rapetisser. || Réduire un texte.
15 Ce volume (« L'Observateur », de Francis Levasseur) est bien petit; nous conseillons à l'auteur de le réduire encore. Moins il en restera, mieux il vaudra.
Balzac, le Feuilleton des journaux politiques, XXVII, in Œ. diverses, t. I, p. 636.
——————
se réduire v. pron.
1 (XVIIe). V. réfl. Se ramener soi-même (à une situation inférieure ou moins bonne).Se restreindre, diminuer sa propre importance (→ Amplifier, cit. 5).
Absolt. Se restreindre (→ Passer, cit. 146).
2 (XVIIe). || Se réduire en : se transformer en (éléments très petits), être réduit à… || Se réduire en poudre, en cendres… Brésiller, consumer (se). || Nuages qui se réduisent en pluie. Résoudre (se).
(1662). || Se réduire à : consister seulement en…, se limiter ou se simplifier en… || Hypothèses (cit. 4) qui se réduisent à des définitions déguisées (→ aussi Exécution, cit. 3). || Le marxisme (cit. 2) ne se réduit pas à l'œuvre de Marx.La question se réduit à savoir si… (→ Modalité, cit. 1).
16 La multitude qui ne se réduit pas à l'unité est confusion; l'unité qui ne dépend pas de la multitude est tyrannie.
Pascal, Pensées, XIV, 871.
——————
réduit, ite p. p. adj.
ÉTYM. (1631). Employé absolt.
1 Fracture réduite.
2 Adj. et n. (1651). Vx. Soumis. || « Un cœur vraiment réduit » (Corneille).Qui est rangé, qui a une vie régulière.
3 Diminué, restreint, et, par ext., petit. || Maigre, défait, la taille réduite (→ Emplir, cit. 9). || Corps noueux (cit. 3), réduit.
(XXe). || Prix réduit : prix inférieur à la normale, consenti à une personne ou à une catégorie de personnes. || Billet de faveur à prix réduit. || Tarif réduit. || Une cotisation (cit.) très réduite. Minime. || Ressources réduites. Maigre.
17 Dans les agences on nous annonçait des billets d'aller et retour à prix réduits pour l'Angleterre (…)
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 391.
Diminué, restreint (en nombre, en importance). || Activité réduite (cf. En veilleuse, fig.). Ralenti. || À vitesse réduite.Débouchés très réduits. Limité, restreint.
18 Tu ne m'en voudras pas de rappeler que sa conversation était plate, qu'elle habitait un univers si borné et usait d'un vocabulaire si réduit qu'au bout de trois minutes je désespérais de soutenir la conversation.
F. Mauriac, le Nœud de vipères, I, III.
Plus petit. || Modèle réduit (→ Microcosme, cit. 1). || Format réduit.
CONTR. (Du sens III). Accentuer, accroître, additionner, agrandir, allonger, amplifier, arrondir, augmenter, compléter, élargir, élever, exagérer, fortifier, grandir, hausser. — (Du p. p.). Complet, étendu, grand.
DÉR. (Du lat.). V. Réducteur, réductible, réduit.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • reduire — REDUIRE. v. a. Contraindre, forcer, necessiter. On l a reduit à se dedire, à demander pardon. à quoy me reduisez vous? à quoy seray je reduit? cette maladie me reduira à ne vivre que de lait, que de boüillons, &c. ou simplement. me reduira au… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • réduire — (ré dui r ), je réduis, tu réduis, il réduit, nous réduisons, vous réduisez, ils réduisent ; je réduisais ; je réduisis ; je réduirai ; je réduirais ; réduis, réduisons, réduisez ; que je réduise, que nous réduisions ; que je réduisisse ;… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • RÉDUIRE — v. a. Restreindre, diminuer, ou faire diminuer. À quoi réduisez vous vos prétentions ? Il a réduit le nombre de ses domestiques. On a bien réduit ses profits. Il a réduit sa dépense à la moitié, au quart. Il fera sagement de réduire son train.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RÉDUIRE — v. tr. Restreindre, diminuer, ou faire diminuer. à quoi réduisez vous vos prétentions? Il a réduit le nombre de ses domestiques. Il a réduit sa dépense à la moitié, au quart. Il fera sagement de réduire son train de vie. On réduisit les rentes… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • reduire — I. Reduire, act. pen. Est proprement ramener une chose au lieu et estat dont elle est partie, et vient de ce verbe Latin Reduco, Ainsi lon dit le Roy avoir reduit en son obeissance une ville, un pays, qui s estoyent ou fortraicts et livres à l… …   Thresor de la langue françoyse

  • réduire — vt. , rendre plus petit : RéDUIRE (Villards Thônes | Albanais.001.BEA.). A1) se réduire, se rédimer, réduire // diminuer réduire ses dépenses : s étréssi gv.3 (Chambéry). E. : Pauvrement. Fra. Réduire ses dépenses : diminouâ sé dépinse… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Réduire — Réduction Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • reduire — redurre, redurre réduire ; diminuer ; amoindrir. voir alogar, demenir …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • réduire — ● vt. ►INTGRAF Faire en sorte qu un widget occupe une place minimale à l écran. Pour une fenêtre, par exemple, cela consiste à la ratatiner sous la forme d une icône (ou pire encore). Contraire maximiser …   Dictionnaire d'informatique francophone

  • Réduire — III гр., (avoir) P.p.: réduit Уменьшать, сокращать Présent de l indicatif je réduis tu réduis il réduit nous réduisons vous réduisez ils réduisent …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.